GUERRE DE FRANCE

 

 

Préparation des citoyens-soldats Français au combat sur le territoire national.

 

 

 

Accueil Liens Contacts

 

GARDES TERRITORIALES

 

ORGANISATION ET STRUCTURES

 

 

 

MISE À JOUR DU 26.09.2017

.

 

 

CHAPITRE 1 L’ARMEMENT

 

Il y a 200000 pratiquants du tir, qui possèdent souvent plusieurs armes (sans compter les détentions illégales d’armes dans les familles), et 1,2 millions de chasseurs, plus les stocks des armuriers et des fabricants d’armes étrangers, plus ce qui existe chez les armées amies.

Ce bric à brac hétéroclite ne va pas faciliter les choses surtout pour les munitions, mais cela devrait suffire dans un premier temps.

Rappelons que le combat sera celui de la DOT, et en zone urbaine où les distances de tir ne dépassent guère 300m, sauf peut être pour les tireurs de précision (TP) et d’élite (TE). Pour un barrage routier, le fusil à pompe de calibre 12 suffit pour l’appui du contrôleur, d’autant plus que cette arme peut tirer des cartouches non létales (balle ou chevrotine caoutchouc), pour une mission de «contrôle de foule».

L’armement «léger» n’est donc pas vraiment un problème.

 

CHAPITRE 2 LES VÉHICULES

Du temps des régiments de DOT de réserve, nous avions nos véhicules, certes anciens (GMC, Jeep, Dodge...). Le déstockage était un grand moment, plutôt enfumé.

L’armée n’a aucune réserve, sauf peut être pour équiper la Garde Nationale (60 à 80000 hommes).

Qui plus est, les taux d’indisponibilité de véhicules usés jusqu’à la corde sont effarants (42% pour les VAB).

Les déplacements des unités de Gardes Territoriales se feront donc en véhicules civils. Il ne faut pas rêver, la mobilisation d’état de siège se fera de matière inopinée, pas le temps d’acquérir des véhicules adaptés. Il faudra donc piocher dans les stocks existants, neuf et occasion. Les distances à parcourir entre le lieu de formation des unités et les lieux des missions sont faibles, de l’ordre de 100km, des véhicules d’occasion (réquisitionnés) suffisent largement. D’autant plus qu’il faut prévoir de la casse.

Le néophyte pensera à des 4x4. Le problème est que ces véhicules sont passés du rustique pour «aventuriers babas cool» à la limousine de luxe pour bobos, forcément fragile. S’il y en a, tant mieux, sinon des 4x2 un peu robustes suffiront.

Le critère principal de choix est la possibilité de descendre et monter du véhicule rapidement en treillis/rangers avec une arme, ses munitions et un sac de combat, pas si facile. L’idéal pour les passagers arrière est de disposer de portes coulissantes (Berlingo Citroën, Partner Peugeot). Un hayon raz de plancher plutôt qu’un coffre est un plus.

Ce n’est pas le cas avec des véhicules comme de Defender de LAND ROVER ou autres du même style, qui ont le physique de l’emploi, mais en descendre à plusieurs est laborieux. Or il faut faire vite.

Les fameux Pick Up qu’utilisent les djihadistes seront bien utile pour le matériel lourd et le transport de personnel (TOYOTA Hilux, NISSAN...), mais nous ne sommes pas dans le désert.

De toutes façons il faudra faire avec les stocks chez les concessionnaires. Rappelons que l’Etat de Siège permet la réquisition.

Choisir des modèles de couleur sombre, pas de camouflage, cela ne sert qu’à vous faire repérer.

Bon, on est dans le registre taxis de la Marne, mais cela peut fonctionner.

(à suivre)